« Tu es immature »

tu es immature

L’autre jour, je passais ma soutenance. Si vous n’êtes pas au courant, je viens d’achever ma première année de master et je suis ce qu’on appelle communément une « bonne élève ». Aussi loin que je me souvienne, j’ai rarement été dans l’échec en ce qui concerne ma scolarité, voire même jamais. C’est donc avec une certaine assurance que je me suis rendue à ma soutenance. A la fin de mon oral, le verdict tombe « Tu es immature ». Blessée dans mon orgueil et dans mon estime de moi-même, j’y ai d’abord cru et n’ai rien répondu. Dans ce genre de situation, il vaut mieux laisser sa répartie au placard. Et puis, finalement, avec le recul et après avoir échangé avec mes proches ainsi que des professionnels de mon domaine, j’ai décidé de répondre à ma manière à cette responsable pédagogique aussi peu pédagogue qu’inefficace.

« – Tu es immature »

J’avoue, je suis grillée. A l’âge critique de 24 ans, je suis dans l’obligation de me délester de mes passions d’enfance et d’adolescence pour faire mon entrée dans le monde des adultes. Je ne refuse pas ce nouveau monde, au contraire, je l’accepte très bien. Mais je peux ne pas paraître totalement légitime dans la mesure où, je l’admets, j’ai encore des centres intérêts communs à ceux de mon enfance. Est-ce un drame ? L’adulte a-t-il pour obligation d’abattre la part d’enfant qui dort en lui ? J’ai ma réponse, et elle est négative. J’ai un papa de 51 ans qui adore jouer en ligne tous les soirs à Fifa football. Il n’en reste pas moins un adulte responsable et totalement équilibré. D’ailleurs, je connais beaucoup d’addicts à ces loisirs « réservés aux jeunes ». Comme si nous n’étions plus jeunes ! Qui a dit qu’on était vieux à 24 ans d’ailleurs ???? J’ai une coque de téléphone Stitch qui fait sensation, je suis fan de Disney, de jeux vidéos et je joue depuis peu à Pokémon GO ! D’ailleurs, parlons-en de ce jeu. Certes, lors de mon dernier article, je vous révélais quelques craintes à l’égard de cette toute nouvelle application, quelques petites choses qui m’inquiétaient. Mais c’est surtout l’occasion de réconcilier toute une génération avec un univers qui a bercé son enfance. Une génération dont je fais partie et je m’interdisais pourtant de regarder à nouveau ces épisodes que j’aimais tant, de jouer à la version DS (ou 3DS) parce que cela était réservé aux enfants ou, au mieux, aux jeunes ados. Et là, j’ai l’impression de retrouver mes 7 ans ! Alors zut (vous noterez ma tentative de politesse), est-ce que cela m’empêche toute lucidité à l’égard du monde des adultes ?

« – Ton travail est digne d’un amateur »

Merci Madame. Dans un premier temps, j’ai été blessée. Parce que cela venait bousculer toutes mes certitudes et la confiance que j’avais en moi. Je venais d’être complimentée dans le cadre de mon stage pour les services que je leur rendais. Il m’arrive aussi, à titre bénévole, de réaliser quelques cartes de vœux, des sites webs et des affiches. La satisfaction du client, même s’il n’y a pas d’argent en jeu, est ma priorité, il ne me viendrait pas même à l’idée de proposer un travail bâclé. D’ailleurs, Madame, sachez que je tiens un blog depuis un an maintenant et que je pense avoir une certaine légitimité dans le domaine de la communication (contrairement à ce que vous pensez) et plus spécifiquement du web. Je ne suis pas suivie par des milliers d’internautes, certes, mais je suis un peu suivie quand même.

« – Tu es trop fragile »

Ça, je l’ai souvent entendu. Le jugement est facile, et mon apparence en a trompé plus d’un. J’ai 24 ans, mais j’en parais 18 (et encore). Je suis de taille moyenne, très fine, la peau claire, le visage juvénile et le regard innocent. Et pourtant, je pense avoir du caractère, et je sais râler quand il le faut. Mes proches peuvent en témoigner. Et certains de mes ex-patrons aussi. Ce qui m’agace finalement là-dedans, ce n’est pas d’avoir « raté » ma soutenance. D’ailleurs, je l’ai validée, donc cet article n’est pas le fruit d’une frustration personnelle. Non. Ce qui m’agace profondément, c’est de voir à quel point il est facile de juger. De se contenter de ce qu’on a sous les yeux, comme s’il s’agissait finalement du reflet de ce qu’il y a à l’intérieur. On dit que l’habit ne fait pas le moine. Et Dieu sait si cette expression est véridique. Alors oui, j’ai l’air très jeune. J’ai l’air d’avoir sauté 3 classes alors que j’en ai deux de retard. J’ai 24 ans. C’est bien la preuve que l’apparence ne fait pas tout.

Croyez-moi, chère Madame, j’essaie pourtant bien d’être plus adulte, de paraître plus vieille, d’être professionnelle alors que je n’ai même pas fini ma formation. J’essaie mais je n’y arrive pas. Premièrement car je ne peux pas grandir plus vite que prévu. Deuxièmement, car on ne fabrique pas les gens. Non seulement je ne peux pas correspondre en tout point à ce que vous voulez de moi mais en plus vous faites erreur sur ma personne. J’ai encore beaucoup de choses à apprendre, sur la vie, sur les gens, mais je sais qui je suis et ce que je vaux. Ainsi, je vous prierai pour la suite, de réfléchir à deux fois avant d’émettre un jugement. Sur ce, Madame, je vous prie d’agréer mes salutations distinguées.

Rendez-vous sur Hellocoton !

40 Comments

  • Laura 21 juillet 2016 at 10 h 42 min

    Tres bien ecrit. Et en plus je me retrouve dans cet article.

    Reply
    • Happy Swallow
      Happy Swallow 21 juillet 2016 at 14 h 02 min

      Hello !

      Je te remercie pour ton commentaire 🙂
      Je pense que cet article devrait parler à pas mal de monde 😉

      Reply
  • Maryssa 21 juillet 2016 at 12 h 08 min

    Je suis en train d’écrire un article, et bim tu viens de dire tout ce que je voulais dire (quasiment lol)
    A fond avec toi (et les Pokémons :p)

    Reply
    • Happy Swallow
      Happy Swallow 21 juillet 2016 at 14 h 03 min

      Ah ? Il faut croire que nous sommes sur la même longueur d’ondes alors 😉
      Oh ouii, les pokémon *-*
      Je te remercie pour ton petit passage en tout cas 🙂

      Reply
  • Illyria 21 juillet 2016 at 14 h 21 min

    Pokémon (les jeux sur DS) est joué par beaucoup d’adultes, tu es loin d’être la seule à avoir envie d’y jouer encore, donc ne te prive pas! J’ai 28 ans, je joue aux jeux DS Pokémon et je regarde l’anime, donc fais toi plaisir 🙂
    Et je suis une adulte responsable et mature, aimer Pokémon, Disney, jouer à des jeux vidéos et autres n’est pas synonyme d’immaturité…

    Reply
    • Happy Swallow
      Happy Swallow 21 juillet 2016 at 14 h 37 min

      Hello !!
      Je ne connais pas les jeux DS et j’ai le sentiment d’être passée à côté de quelque chose. Je compte m’y intéresser de près 🙂
      Malheureusement, beaucoup associent ces loisirs à l’enfance. D’ailleurs, beaucoup associent les loisirs en général à l’enfance. Comme si l’adulte ne pouvait jamais s’amuser.
      Merci pour ton commentaire 🙂

      Reply
  • SA 21 juillet 2016 at 14 h 21 min

    Ton article me rappelle un événement de ma vie plutôt déstabilisant… Pour la petite histoire, alors que j’avais 18 ans et que j’étais en première année de DUT, il y a eu les entretiens individuel avec des enseignants afin de savoir si on tenait la route, bref faire un point sur le début du DUT. Il se trouve que mes notes étaient moyenne, et l’enseignant (qui ne me connaissait pas, qui ne m’avait jamais eu en cours) a commencé à se moquer de moi avec son collègue devant moi, à me descendre, descendre mon travail et innévitablement, je me suis mise à pleurer en silence. Il m’a alors dit que j’étais trop fragile pour une telle formation, que je devrais aller ailleurs, que de toute façon je ne réussirais pas. Il m’a même dit qu’il faudrait mieux que j’aille consulter parce que j’avais pleuré devant eux.
    A la suite de cette année, j’ai arrêté le DUT, mais au deuxième semestre j’ai pu l’avoir en maitre de conférence et lors du partiel que je n’ai pas fait, j’ai passé 2h à lui écrire ma facon de pensé. Je lui ai expliqué qu’il m’avait descendu sans même me connaitre, qu’il ignorait qu’au moment de l’entretiens j’étais presque à la rue parce qu’en conflit avec ma famille et qu’au final, il avait enfoncé une personne déjà à terre ce qui il me semble n’est pas le role d’un enseignant. Je lui ai également expliqué qu’avant de porter un jugement et de faire preuve de moquerie, il ferait mieux de se dire que la personne devant lui va peut être mal.
    Je n’ai jamais eu de réponse à cette lettre et je n’ai pas revu ma copie. J’ignore ce qui est advenu de cet enseignant, et je m’en fiche. J’espère juste qu’il ne reproduit pas ce qu’il a fait.

    Reply
    • Happy Swallow
      Happy Swallow 21 juillet 2016 at 14 h 36 min

      Hello,

      Je te remercie pour ton témoignage. Je suis très touchée. D’abord car cela me fait penser à moi, mais aussi car tu as eu le courage de sacrifier un examen pour lui écrire cette lettre. « Trop fragile ». J’entends cela régulièrement. A moi aussi, on m’a recommandé vivement de consulter un psychologue voire un psychiatre. Et finalement, je me demande si ce n’est pas à eux d’aller consulter. Ils nous apprennent à faire abstraction de nos jugements de valeur mais, en revanche, il faut accepter les leurs. Même si ça nous concerne. Même si ça nous blesse. J’ai très souvent vu des élèves pleurer à l’issue d’un entretien ou même d’un oral. Je suis d’accord avec eux sur le fait que ce n’est pas normal qu’un élève pleure. Néanmoins, ils devraient se poser les bonnes questions. Pourquoi l’étudiant pleure ? Parce qu’il est fragile ou parce qu’on vient de le pousser à bout ? Qui n’aurait pas pleuré à sa place ? Pour moi, c’est clairement de l’abus de pouvoir. En tout cas, j’espère que tu as pu ressortir plus forte de cette expérience et que tu as réussi ta vie malgré les dires de cet idiot.

      Reply
      • SA 21 juillet 2016 at 14 h 44 min

        Clairement j’étais fragilisé à cette période de ma vie, mais il n’y avait nullement besoin de remuer le couteau dans la plaie, surtout que cela n’avait rien à voir avec la formation et qu’ils n’ont pas à intervenir sur le domaine personnel sauf à la demande de l’éléve. J’espère que ce professeur se sera remis en question.
        A la suite de la lettre, j’ai effacé cet épisode de mon esprit, j’ai relevé la tête et j’ai pu continuer mes études et je mène une vie que j’aime.

        Reply
        • Happy Swallow
          Happy Swallow 21 juillet 2016 at 20 h 09 min

          Ces personnes manquent franchement d’empathie. Et j’ai constaté que beaucoup de professeurs s’immisçaient dans la vie privée de leurs élèves. Lorsque j’étais en 2de par exemple, ma prof principale s’est permis d’appeler ma mère pour lui dire qu’elle ferait mieux de s’occuper de moi car elle pensait que j’étais anorexique. Ce qui était absolument faux… Ma mère a toujours été là pour moi, avec le recul, je me dis que cette prof est allée trop loin (ça dépasse ses fonctions)…
          Je suis contente de voir que tu es désormais épanouie. Ton témoignage ne fait que confirmer ce que je pense de ce type de personnes.

          Reply
  • Marine 21 juillet 2016 at 14 h 49 min

    Je me reconnais totalement dans ce que tu dis, pendant presque toute ma scolarité, on m’a dit que j’étais immature ! En 4ème, ma prof d’histoire me le disait presque à chaque cours et ma mère est allée l’engueuler !
    Tout ce qu’il me fallait, c’était trouver LA formation, que j’ai trouvée depuis 3 ans et on ne me fait plus cette remarque !
    J’ai 22 ans et les gens me donnent facilement entre 15 et 18 ans (voire 14 !!!!!!)
    Moi j’ai envie de dire : oui, j’utilise des smileys dans presque tous mes messages, oui, j’aime disney et les pokémons, oui, je veux travailler dans le mode enfantine, mais ça ne fait pas de moi une fille moins qualifiée ou moins équilibrée ou que sais-je !!
    Il faut être fière d’avoir gardé notre âme d’enfant et quand on sera vieilles, on paraitra plus jeunes, voilà !
    ça fait du bien de lire des articles comme le tien !

    Reply
    • Happy Swallow
      Happy Swallow 21 juillet 2016 at 20 h 53 min

      Hello !
      Je suis finalement contente d’avoir fait cet article car il fait réagir pas mal de monde et cela nous permet d’avoir plein de témoignages.
      Et bien ta maman a eu raison de s’en mêler ! Parce que là, je pense qu’on peut parler de harcèlement. Et effectivement, nous avons le droit d’aimer des choses habituellement destinées aux enfants.
      Le plus triste est, je pense, de laisser tomber totalement son côté enfantin. C’est celui qui, je pense, nous permet de nous amuser, nous épanouir et être heureux.

      Reply
  • Sharon 21 juillet 2016 at 14 h 58 min

    Bonjour
    Je constate (j’ai 38 ans) que le corps enseignant supérieur n’évolue guère.
    Moi aussi, j’ai été estampillée « fragile » et mon directeur de mémoire de maîtrise (à l’époque, le master n’existait pas) pensait que je n’étais pas faite pour enseigner (trop petite, pas assez de voix). En septembre, j’effectuerai ma 16e rentrée – en tant que prof.
    Et je suis formelle (et mes collègues aussi, nous sommes sur la même longueur d’onde) : être adulte ne signifie pas abattre la part d’enfant qui est en toi.
    Je te souhaite de réussir ton projet professionnel.

    Reply
    • Happy Swallow
      Happy Swallow 21 juillet 2016 at 20 h 58 min

      Bonjour,

      Je te remercie pour ton commentaire. En tout cas, cela vaudrait le coup de montrer à ton directeur de mémoire de l’époque ce que tu es devenue. Finalement, ton parcours est un modèle pour toutes les jeunes personnes qui ont été découragées au cours de leur formation.
      Merci !

      Reply
  • Raphaelle 21 juillet 2016 at 16 h 30 min

    Hello 🙂 Pour avoir travaillé dans une université durant presque 3 ans (en tant que chargée de com par ailleurs!) je peux t’assurer que les enseignants ne vivent pas toujours dans le même monde que nous… J’ai toujours trouvé stupide que des étudiants soient jugés d’un point de vue pro par des personnes qui n’ont jamais connu que le milieu académique.
    Moi aussi j’ai suivi un Master 1 en com – j’avais fait un stage en communication et là aussi on m’avait dit que mes productions n’étaient pas à la hauteur, que ce n’était pas mon truc… Et j’ai fini dans un M2 en alternance où même si la com était bien là, elle restait au second plan – Mais mon stage, c’est bien à l’Université que je l’ai trouvé sur des missions de com, ils m’ont même embauché par la suite… Paradoxal. Mais je me suis rendue compte au final que l’avis que j’avais eu n’était que celui d’un professeur – et qu’en aucun cas son point de vue ou son jugement n’était forcément bon. Aujourd’hui je continue de chercher du travail dans ce milieu, j’ai un blog où je parle essentiellement de blogging, d’identité visuelle… Tu peux être jeune, immature, timide. Mais du moment que tu es passionnée et investie, ça fonctionne 🙂 Bises! Raphaëlle

    Reply
    • Happy Swallow
      Happy Swallow 21 juillet 2016 at 21 h 02 min

      Hello !

      Je te remercie pour ton commentaire.
      Effectivement, beaucoup de professeurs sont déconnectés du monde professionnel car ils ne sont plus dans le milieu. C’est logique finalement. Mais il y aura donc toujours un décalage entre les élèves et les profs. Les élèves apprennent finalement une théorie plus ou moins ancienne mais actualisent leur formation sur le terrain.
      En tout cas, je te souhaite de trouver du travail car c’est vraiment un boulot sympa. J’irai te rendre visite 😉
      A bientôt !

      Reply
  • Barbatrucs 21 juillet 2016 at 18 h 25 min

    Courage je te comprends parfaitement. Beaucoup de gens jugent beaucoup plus vite qu’ils ne le devraient sans réfléchir aux conséquences pour la personne en face. Malheureusement je crois que c’est naturel pour beaucoup de monde… Il faut essayer de passer outre et de continuer à avancer. Comme tu le dis tu es une bonne élève et tu as quand même validé, cette personne ne mérite pas que tu lui accordes trop de temps.
    Pour ce qui est de l’âge je te comprends parfaitement, je suis également à la fin de mon master 1, j’ai 22 ans et j’en fais toujours à peine 18…

    Reply
    • Happy Swallow
      Happy Swallow 21 juillet 2016 at 21 h 04 min

      On passe outre, oui. Parce que cela ne sert à rien de rester bloquer sur ce type de remarques. Malheureusement, je la retrouve l’an prochain et c’est elle qui décide si, oui ou non, je valide mon master ^^
      A nos âges, c’est pénible de paraître jeune. Mais d’ici quelques années, je pense qu’on sera plutôt contente 🙂
      Merci pour ton petit passage et à bientôt !

      Reply
  • Lucie 21 juillet 2016 at 18 h 33 min

    Il faut pas se laisser coller des étiquettes – c’est très important ! Et ça n’a rien à avoir avec son l’âge! Il faut suivre ses envie et ses passions car c’est la seule façon de devenir performant et ne jamais lâcher! En tous les cas c’est ce que pense …

    Reply
    • Happy Swallow
      Happy Swallow 21 juillet 2016 at 21 h 10 min

      Je suis de ton avis 🙂
      Je pense qu’il est difficile d’empêcher les gens de nous juger. Néanmoins, il faut bien garder à l’esprit qu’ils ne nous connaissent pas et que seuls, nos proches et nous-mêmes, sommes capables d’avoir un avis objectif sur notre personne. L’essentiel est de pouvoir les laisser de côté et surtout, ne pas y croire pour ne pas se laisser déstabiliser. Il y a des gens malsains et méchants partout. Lorsque l’on sait ça, c’est finalement plus facile de prendre du recul.
      Je te remercie pour avoir réagi à mon article. A bientôt !

      Reply
  • Jade 21 juillet 2016 at 19 h 26 min

    Tu as bien fait d’écrire cet article, je pense qu’on a tous déjà vécu un moment comme celui que tu as vécu.
    En espérant que cette personne tombe sur ton article et y réfléchira à deux fois avant d’avoir des propos aussi blessant envers d’autres candidats!

    Reply
    • Happy Swallow
      Happy Swallow 21 juillet 2016 at 21 h 13 min

      Oh que oui ! Et beaucoup vont prendre à cœur ce type de réflexion. Quant à ce professeur, j’ignore si elle tombera un jour sur cet article mais…qu’est-ce que ça fait du bien de l’avoir écrit 🙂

      Reply
  • Melgane 21 juillet 2016 at 19 h 57 min

    Aimer les choses classées « enfant » n’empêche pas, absolument pas, de la lucidité à l’égard du monde des adultes. J’aime les dessins animés (enfin, ceux avant 2007 principalement puisqu’avec la crise est venue la baisse des budgets et donc, souvent, des dessins animés moins bien), sur les derniers films que je suis allée voir au cinéma plus de la moitié étaient des films d’animation (ce qui ne m’empêche pas de me tenir au courant de l’actualité et de lire National Geographic)… Un jour, c’était y’a 3 ans je crois, en Terminale, une amie m’avait dit « mais tu regardes des trucs de ton âge des fois ? ». Euh… Oui. Oui-oui, je regarde des trucs de mon âge : je regarde les séries à la télé, j’adore quand je tombe devant un documentaire animalier, je suis devant le sport depuis Mai (Giro, Euro, Championnat d’Europe d’athlé, Tour, même Euro U19, bientôt JO et Vuelta, je suis au comble du bonheur xD), je lis des articles de sport (sociologie du sport, enquêtes sur le dopage, sur les interactions entre les arbitres et les joueurs en foot…). Je peux à la fois m’amuser à prendre un ton enfantin, regarder des dessins animés et, à la fois, être sérieuse et proposer des analyses pseudo-sociologiques sur le racisme… Etre adulte ça ne veut pas dire arrêter d’aimer les histoires et le monde de l’imaginaire…

    Se contenter de ce qu’on n’a sous les yeux c’est un peu ce à quoi on s’expose quand on passe une soutenance ou un concours… Il y a des écoles où il y a un entretien fait avec les recruteurs. Tu n’as qu’une chance. Ils vont te juger à ton physique (parce que personne n’y échappe), à ta façon de te tenir, de parler, que tu sois stressée ou non ce n’est pas leur problème : tu n’as qu’une chance et eux n’ont pas le temps de te faire revenir ou d’aller prendre un verre avec toi pour que tu sois plus détendue et mieux te connaître. Donc ça fait aussi partie du jeu. Maintenant il est clair qu’il y a une différence entre juger un tout, une personne, sur une première rencontre, une présentation d’un travail, et juger ce travail sur le physique de la personne !

    Reply
    • Happy Swallow
      Happy Swallow 21 juillet 2016 at 21 h 21 min

      Hello !

      Je te remercie pour ton commentaire 🙂

      Oh, j’avoue que moi aussi j’adore les dessins animés ! et en parallèle, j’adore regarder des documentaires médicaux, scientifiques ou géographiques. Ca ne va clairement pas ensemble, mais l’être humain est composé d’une part adulte et d’une part enfant. C’est ce qui fait qu’un homme (ou une femme) est équilibré. Enfin, ça, c’est ma théorie. Mais je ne crois pas qu’on puisse renier l’enfant qui est en nous. Il fait partie intégrante de notre personnalité.

      Et oui, je suis d’accord avec toi sur la deuxième partie de ton commentaire. Ce que je reproche, toutefois, c’est la virulence de certaines personnes. Notamment des professeurs, des patrons, de la hiérarchie ou toute autre personne mal intentionnée à l’égard de personnes qu’ils considèrent plus faibles. Parce qu’ils estiment avoir un pouvoir, un droit sur l’élève ou le salarié. Heureusement, ils ne sont pas tous comme ça et constituent seulement une minorité. Mais il faut quand même savoir qu’ils existent et pour une personne réellement fragile, ce peut être difficile à encaisser.

      Reply
      • Melgane 21 juillet 2016 at 21 h 37 min

        Malheureusement pas mal de personnes trouvent idiot et ridicule que des adultes prennent plaisir à regarder des dessins animés… tant pis pour eux, ils ne savent pas ce qu’ils ratent ! 😛

        Je pense que ça peut venir du fait que la meilleure défense est l’attaque. Peut-être que ces personnes ont peur de ne pas être respectées, craignent qu’on leur tiennent tête, et donc préfèrent s’imposer.

        Reply
        • Happy Swallow
          Happy Swallow 21 juillet 2016 at 23 h 02 min

          J’ai envie de dire « oui, mais… » ! Parce qu’effectivement, j’entends souvent des « tu n’as pas honte… », « à ton âge, tu ne devrais pas… ». Mais j’aime, et c’est ainsi. Et comme tu dis, ils ne savent pas ce qu’ils ratent et doivent peut-être mener une existence frustrante. En tout cas, moi, je serais frustrée.

          J’ai pu constater que beaucoup de grandes gueules sont, en réalité, assez peu sûres d’elles à l’intérieur. Et comme tu dis, elles ont sûrement peur de ne pas être reconnue. Ainsi, la solution qu’elles emploient est l’agressivité et la violence verbale. Parfois le harcèlement, comme j’ai pu le lire dans certains commentaires.

          Reply
          • Melgane 22 juillet 2016 at 9 h 14 min

            Après il y a aussi les personnes qui n’aiment pas comme d’autres n’aiment pas les séries policières… mais juger sur la tranche d’âge… après c’est clair que les cinémas ne nous aident pas aussi x) Quand t’as un film comme Dragon qui est annoncé pour « dès 6 ans »… x’D Cela dit ils ne donnent pas d’âge maximum !

            « L’avantage » du harcèlement c’est que tu peux porter plainte, alors que simplement une conduite autoritaire tu ne peux rien faire pour vraiment t’en tirer.

          • Happy Swallow
            Happy Swallow 22 juillet 2016 at 17 h 36 min

            Je pense aussi que certains s’interdisent ce type de distraction aussi. Car ce n’est pas « digne d’une personne adulte ». Mais s’il n’y a pas d’âge maximum, comme tu dis, c’est que cela doit être bon pour tout le monde 🙂

            Il y a « autoritaire » et « autoritaire ». Pour ma part, j’accepte très bien l’autorité à condition qu’elle soit justifiée. Je peux également entendre n’importe quelle critique si elle est fondée. Mais lorsqu’il s’agit simplement de déstabiliser et faire du mal, non, je ne tolère pas !

  • BleunwennDeCornouailles 22 juillet 2016 at 8 h 04 min

    Tiens, ça me rappelle ma prof d’espagnol de la fac. Elle a décrété, sans même me connaître (on ne s’était jamais parlé) que j’étais immature car mon écriture était enfantine. La nana, elle était prof, pas graphologue. C’est vrai que mon écriture n’a pas vraiment évolué depuis le collège, elle est ronde, je fais des ronds en guise de points. Et en attendant, c’est toujours à moi qu’on demande d’écrire les notes manuscrites au travail car je suis la seule à avoir une écriture lisible et agréable à lire. Mais cette prof m’a saquée pendant trois ans, j’avais toujours des notes pitoyables dans ses matières (oui parce qu’en plus elle en avait plusieurs, histoire d’enfoncer le clou) malgré tous mes efforts.
    Et enfin, elle a bloqué mon admission en deuxième année de master, pour les mêmes raisons, entraînant une fin prématurée de mes études parce que je n’avais pas les moyens d’avoir mon propre appartement dans une autre région pour faire ce master ailleurs.
    Tout ça parce qu’une prof s’est improvisée graphologue. Il y a quand même de sacrés cons dans l’enseignement, je me demande pourquoi ils ont pris cette voie s’ils ne sont pas fichus d’accepter les élèves pour ce qu’ils sont.

    Reply
    • Happy Swallow
      Happy Swallow 22 juillet 2016 at 9 h 18 min

      On dirait ma prof celle-là. Le problème, c’est que beaucoup de profs s’estiment au-dessus de leurs élèves. Or, ils ne sont là que pour enseigner. Rien d’autre. Je trouve cela scandaleux. Pour moi, c’est de l’acharnement que de s’obstiner à mettre des mauvaises notes à un élève sous prétexte qu’il écrit mal. D’ailleurs, ça ne me serait jamais venu à l’idée que de juger quelqu’un pour ça ! Quant à la suite de l’histoire, je la trouve très triste… Eh oui, certains profs ont le pouvoir de décider de la validation d’un diplôme. C’est bien pour cela que je ne me suis pas adressée directement à ma responsable, au lieu d’écrire un article. Elle s’est déjà mis en tête que je devais faire ma deuxième année de Master en deux ans donc, inutile d’envenimer les choses. J’espère que tu as su trouver un emploi dans lequel tu t’épanouis !

      Reply
  • Thémadeleines 23 juillet 2016 at 10 h 38 min

    Bonjour, c’est un commentaire écrit avec beaucoup de douceur…j’ai été curieuse en voyant le titre car je rencontre régulièrement des étudiants (surtout (es) ) en master qui ont un regard qui manque de maturité effectivement ou plutôt d’expérience et de recul. Loin de défendre l’enseignante qui n’y a sûrement pas mis les formes, je suis curieuse de savoir quels éléments lui ont fait penser cela. Est-ce vraiment un physique ? Un air de ?…le fond était-il vraiment bien réalisé ?…ce que je veux dire c’est qu’il arrive un moment où le « bon élève » n’est pas ce que l’on attend. Arrivé au stade du master il faut envisager le professionnel, dans un monde professionnel et surtout dans une société globale tout court. Et le manque de maturité, le « travail d’amateur » n’est parfois que le fait de ne pas avoir pris en compte que l’on demande autre chose que du scolaire. Pour travailler régulièrement avec des « masters » fiers d’avoir ce « master » et considérant que ces années d’études montrent une compétence, j’ai pu constater qu’ils sont rares ceux qui ont de vraies compétences. Pas seulement parce qu’une grande partie s’acquiert avec l’expérience, mais parce qu’ils pensent qu’un diplôme est une fin. Or une formation universitaire est surtout théorique mais le sens pratique qui est aussi celui de la vie, quelque chose d’impalpable finalement mais que l’on détecte assez vite chez quelqu’un est essentiel, et c’est ce qu’on appelle la maturité, notamment quand on recrute. Un jeune de 16 ans peut être très mature. Ce ne sont pas les goûts et la part d’enfance qui font l’immaturité, bien au contraire, c’est plutôt le manque de part d’adulte. Il ne faut pas non plus avoir peur de sa part d’adulte, l’équilibre est là.
    Je vais finir par deux exemples, une étudiante préparant un mémoire qui applique à la lettre dans sa mission de stage ce qu’elle a appris en cours, avec le bon vocabulaire technique peut manquer de la finesse d’analyse qui demande du recul et le courage de sortir du « scolaire », ce qui dans le monde professionnel ferait qu’elle ne serait pas embauchée même si son attestation de stage va être faite de compliments valorisants. Une diplômée qui ne comprends pas qu’on ne lui propose que des postes CDD avec des tâches pas très valorisantes mais qui dans une mission, était à côté de la plaque parce que manquant de maturité, de compétences attendues parce que trop dans « je pense que, je sais que, j’ai appris que » sans adapter ses connaissances, ni s’ouvrir à la réflexion et l’analyse.
    Allez je finis par une touche positive, un élève de master, dans un domaine pointu, qui dans n’importe quelle mission qu’on lui donne sait se servir de ce qu’il sait de la vie, de son expérience hors scolaire, qui finalement est très mature (pas trop) et qui pourtant a l’air bien plus jeune que ces 24 ans et dont l’allure fait qu’au premier abord on se dit que le travail n’est pas son truc.
    Tout ce très long message pour dire que la maladresse (et parfois la bêtise) peut aussi vouloir dire autre chose. Etre jeune, vouloir rester jeune, garder une part d’enfance, ce n’est pas rester dans un monde filtré mais savoir être libre et soi-même dans un monde tout court, du moins à mon sens.
    PS : les enseignants sont loin d’être tous compétents, par contre pour ce qui est d’appeler les parents quand ils ont un doute…c’est souvent la question qui se pose lorsque quelque chose les fait douter, mais il faut savoir que c’est aussi dans leur mission, et malheureusement il ne le font pas assez et beaucoup qui aurait besoin d’être épaulé passent à la trappe. (je précise que je ne suis pas enseignante, mais adulte avec une très grande part d’enfance 🙂 )

    Reply
    • Happy Swallow
      Happy Swallow 23 juillet 2016 at 11 h 59 min

      Bonjour,

      Un grand merci pour ce long message que j’ai lu avec beaucoup d’attention. Au cours de ma scolarité j’ai pu rencontrer de bons enseignants, qui parvenaient à faire passer la critique avec tact et douceur. Puisque finalement, ne dire que du positif et manquer d’autorité ne fait pas forcément d’une personne un « bon » enseignant. J’ai rencontré aussi de mauvais enseignants qui avaient opté pour une pédagogie par l’humiliation. Heureusement, ils sont rares, mais ils marquent. J’en ai connu trois.
      Pour la première, j’étais en classe de seconde et j’ai eu malheureusement de gros problèmes de santé qui se sont déclarés à ce moment-là. J’ai du manqué près d’un mois d’école et mes parents s’attendaient à avoir un soutien de la part de ma prof principale qui, finalement, m’a jugée trop fragile physiquement mais aussi psychologiquement pour poursuivre ma scolarité. J’ai été contrainte de changer d’école pour pouvoir passer mon bac.
      La seconde avait de très bons cours, je pense qu’elle était juste dans sa façon d’évaluer. En revanche, elle avait toujours sa tête de turc, chaque élève y passait, durant quelques semaines, voire quelques mois. Cela allait parfois jusqu’à de l’humiliation publique et de la moquerie… La dernière est celle à qui j’ai écrit cet article. Contrairement, à l’enseignante précédente, je pense qu’elle n’a pas mauvais fond. Mais non seulement elle ne prend pas le temps de connaître ses élèves (ceci dit, ce n’est pas forcément évident de connaître chacun d’entre eux), mais se fait une idée très (trop ?) rapide des gens. Je pense qu’elle veut vraiment bien faire, mais de notre point de vue étudiant, elle manque cruellement de pédagogie. Nous sommes conscients qu’il existe une marge entre la théorie et la pratique, que nous ne sommes pas des professionnels accomplis. Mais elle vit dans un autre monde. Un monde où l’on peut se permettre de parler vulgairement et avec violence (ça je ne l’ai pas mentionné dans l’article puisqu’au final, ce n’est pas ce qui me dérange le plus chez elle), juger un étudiant au premier abord « toi, la première fois que je t’ai vu, j’ai su directement que… », « tu es vraiment tombé(e) dans une équipe d’amateur », « tu n’es pas légitime dans ce milieu », « tu n’es pas fait(e) pour ça », etc. Ce ne sont pas des critiques constructives mais des jugements de valeur. Et malheureusement, si elle pense bien faire ou dire la vérité en face, ce n’est que « sa » vérité ni construite, ni fondée. Malheureusement, si elle pense bien nous connaître, elle ne nous connaît finalement pas car nous n’avons pas eu l’occasion de nous voir souvent en cours. Elle m’a dit que je « faisais très jeune » et  »personne fragile », elle pensait que j’avais 20 ans tout au plus… Quand elle a su mon véritable âge, elle a été un peu plus correcte dans sa manière de parler. C’est pour cela que je suis convaincue qu’elle s’est basée uniquement sur mon apparence très juvénile. Je ne suis pas diplômée donc pas professionnelle, c’est un fait. Je suis une personne pudique et réservée. Je devrais peut-être travailler là-dessus ?
      Merci d’avoir partagé ton point de vue et à bientôt !

      Reply
  • Tellou 26 juillet 2016 at 10 h 12 min

    Dans une certaine mesure je me suis retrouvee dans ton post. A 21 ans j’avais bac+4 (etudes a Lyon aussi…;) )et je faisais des demandes pour rentrer en DESS (master 2 de l’epoque). Sauf que la plupart des portes me sont restees fermees avec ce commentaire a chaque fois: « Vous etes trop jeune/ vous n’avez pas d’experience ». (j’avais quand meme deja fait un ou deux stages sans compter les boulots d’ete…). J’etais folle de rage de constater ce manque de clairevoyance et de positivite. Excusez moi d’avoir eu mon bac avec un an d’avance et de ne jamais avoir redouble! Au lieu de voir une fille debrouillarde qui pouvait en avoir dans le cerveau, ils ne voyaient que l’age. J’ai passe un an a faire des stages (et vieillir d’un an…). La rentree suivante j’etais prise. Par al suite je me suis aussi expatriee aux US et maintenant au Moyen Orient (tres influencee par les americains) ou j\ai constate que la culture anglosaxonne est beaucoup plus positive et pousse les enfants et les jeunes. On ne te dira pas « tu es trop jeune, tu es immature.. » mais « c’est genial, tu as de l’energie, tu as du potentiel etc..! » ca dope un peu la confiance en soi…. 😉 J’ai repris des etudes pour me faire plaisir, 15 ans apres avoir ete diplomee et pareil, je me rends compte que les profs francais sont dans un systeme ou ce sont eux « qui savent » ce sont eux les sages et toi tu n’es qu’une pauvre merde qui doit attendre la becquee… Pareil, dans le systeme anglosaxon, le prof est a ta disposition pour te faire avancer, grandir, evoluer, t’accompagner dans tes decouvertes, t’aider a passer les obstacles. Bref, tout ca aussi pour te dire que « laisse tomber, c’etait qu’une pauvre conne » 😉
    Maintenant, je ne sais absolument pas le contexte dans lequel elle t’a dit tout ca, mais la « vieille » dans la 2e moitie de la trentaine que je suis, et qui a eu plusieurs stagiaires dans leur petite vingtaine pourrait te dire que oui, c’est vrai, vous etes immatures. Mais c’est normal. Vous avez 20 ans. Et que si vous avez votre propre experience et si vous avez deja recu des coups dans la vie (je n’espere pas…), il vous manque quand meme de la bouteille. Mais c’est normal et c’est aussi pour ca que normalement on n’accueille pas un jeune en entreprise comme on accueille un « senior » de 40 ans et qu’on n’en attend pas les memes choses non plus. Et je trouve qu’il est plus intéressant d’accompagner un jeune soi-disant « immature » plutot que le plomber. Ceci dit, dans ce que t’a dit cette femme, de maniere abrupte, violente et impolie, il y a peut etre des choses a prendre ou a revoir. Tu as raison de ne pas tout remettre en question, mais elle avait peut etre saisi quelque chose …. (et si tu veux discuter de cette experience pro, n’hesite pas a me contacter via mon blog..) Bon courage! Signé: Tellou (la fille qui a des tictac « Minions », des Pez et un stylo en forme de singe sur son bureau…)

    Reply
    • Happy Swallow
      Happy Swallow 1 août 2016 at 0 h 58 min

      Bonjour,

      Je te remercie pour ton témoignage. Cela m’a fait pensé à un article que j’ai lu il y a peu de temps. De façon générale, la pédagogie française est considérée comme étant une pédagogie par « l’humiliation ». Bonnet d’âne, punitions « physiques », notes données à voix haute (et parfois classée par ordre décroissant), etc. Depuis toujours, notre système scolaire a fonctionné dans la peur et la menace. D’ailleurs, contrairement à d’autres pays européens, le redoublement en France, est fréquent et bien souvent inefficace. Plutôt que de mettre en place des soutiens scolaires ou des stages de remise à niveau (comme peut le faire l’Espagne entre autre), on impose parfois le redoublement sans autre alternative.
      D’ailleurs, comme toi, l’une de mes amies s’est vue refuser son entrée dans une école car elle n’avait pas l’âge minimum requis.
      Cela me fait également penser à une autre histoire que j’ai pu vivre à l’âge de 15 ans, à mon entrée en classe de seconde. A l’époque, le problème n’était pas lié à mon âge mais à ma santé. A cette époque, j’ai déclaré sans le savoir une maladie auto-immune. Je ne comprenais pas vraiment ce qu’il m’arrivait et ce souci de santé a été diagnostiqué seulement 8 ans plus tard. A l’époque, j’étais dans un lycée privé et dans une classe d’élites. J’ai du manquer près d’un mois de cours à cause de mes problèmes de santé et mes notes en ont pâti. Je me suis battue comme une lionne pour éviter le redoublement, et je m’en suis sortie avec la très honorable moyenne de 12. Malheureusement, j’ai été jugée, par ma prof principale de l’époque, trop « fragile » pour poursuivre un bac général et mes notes étaient encore trop « faibles ». Elle cherchait par tous les moyens à me décourager : « tu n’y arriveras pas », « je suis pessimiste », « trop fragile ». Je n’avais plus aucune confiance en moi, et plus mon moral baissait, plus mes soucis de santé s’intensifiaient. J’ai changé d’école pour me retrouver dans un système plus humain et grâce auquel j’ai validé mon bac ES avec une mention Bien (n’en déplaise à ma prof de 2de qui ne me croyait pas capable). J’ai terminé mon lycée en étant beaucoup plus sereine et j’étais en pleine forme ! Bref, tout cela pour dire que certains professeurs, certains systèmes peuvent avoir des effets dévastateurs, tout cela à cause de simples « à priori ».

      Et oui, je n’ai pas de bouteille et pas la maturité d’une personne ayant 20 ou même 10 ans de carrière. Ce que je regrette c’est que quelques personnes (comme mon actuelle responsable pédagogique) puissent considérer ce manque d’expérience comme une fatalité. Alors oui, elle n’a pas totalement tord, mais ce que je pointe du doigt, c’est ce discours négatif et décourageant qui malheureusement, risque de blesser, plutôt que de créer un « déclic ».

      Reply
  • Danaë au pays des merveilles 26 juillet 2016 at 19 h 12 min

    Tu sais ce n’est pas parce que tu aimes les Disney et que tu gardes quelques petits « travers » d’enfants que tu es immature. Moi au contraire ca nous permet de rester jeune, nostalgique et d’apprécier bien plus que quand nous sommes la tête dans le guidon et d’être envahie sous ses responsabilités d’adultes qui débordent de partout.
    J’ai 28 ans a la fin de l’année mais en ce moment je me regarde un Disney, je me suis baladée 1h30 avec mon application Pokemon Go et je n’étais que joie après avoir attrapé un Goupix, je ne peux m’empecher de sourire devant un épisode de Sailor Moon et je ne te raconte pas quand je suis a Disney.
    Faut profiter la vie est bien assez courte et pas drôle. Alors ne change pas.

    Reply
    • Happy Swallow
      Happy Swallow 1 août 2016 at 0 h 33 min

      Oooh ! Nous avons beaucoup de points communs alors 🙂
      Goupix était mon pokémon préféré et je n’ai pas eu la chance de croiser son chemin. Mon chéri a parfois l’impression d’avoir une petite fille, mais je crois qu’au fond il aime ça 😀
      Je pense que cette part d’enfance nous permet de « surmonter » les difficultés de l’âge adulte, mais aussi de nous réconforter.
      Merci pour ton commentaire 🙂

      Reply
      • Danaë au pays des merveilles 18 août 2016 at 16 h 42 min

        J’adore Goupix. Je suis tombée dessus complètement par hasard et je me suis fais rentrée dedans par une petite dame car je me suis arrêtée d’un coup. J’ai même arrêté de respirer tandis que la pokeball faisait ces petites secousses.
        Les femmes-enfants c’est bien je trouve, ca permet d’être adulte et en même temps de lâcher prise sans faire de crise {ou presque}.
        Reste toujours la même =)

        Reply
        • Happy Swallow
          Happy Swallow 22 août 2016 at 13 h 08 min

          Hey !!
          Je viens d’avoir exactement la même sensation en attrapant un Carapuce. Il est tellement mignon <3
          Je pense que cette part d'enfance nous fait réellement du bien. Ces derniers temps, je reprends plaisir à visionner les pokémon. C'est peut-être un peu excessif, mais je m'en fiche lol Tous les commentaires présents sous cet article démontrent que je ne suis pas la seule :p

          Merci pour ton commentaire en tout cas !

          Reply
  • fibiel76 1 janvier 2017 at 12 h 47 min

    Je découvre ton article à travers ton article d’aujourd’hui sur tes articles qui ont été les plus commentés et je le trouve vraiment très touchant. Certaines personnes nous jugent sans même nous connaître et ne se rendent pas compte de l’impact que leurs paroles peuvent avoir sur nous. Néanmoins c’est peut être bête à dire mais certaines mauvaises personnes peuvent finalement nous rendre plus combatifs pour la suite 😉 bonnes fêtes!

    Reply
    • Happy Swallow
      Happy Swallow 2 janvier 2017 at 12 h 22 min

      Coucou,

      Je te remercie pour ton commentaire ! Effectivement, encore aujourd’hui, ces paroles m’impactent. J’y pense bien moins, mais la cicatrice est toujours là.
      Mais je compte bien lui prouver qu’elle s’est trompée sur mon compte 😉
      Bises et bonne année à toi !

      Reply

Laisser un commentaire