L’hypnose : mon expérience

pendule

Ne vous est-il jamais arrivé d’être plongé dans un film ou dans un livre au point de le vivre ?

L’hypnose est un état de conscience qui nous concerne tous et que nous avons tous déjà vécu, y compris les plus cartésiens d’entre nous. C’est cet état de semi-conscience qui apporte une autre dimension à l’environnement qui nous entoure, cet état où nous sommes perdus dans nos pensées et où l’on perd la notion du temps et de l’espace.

J’ai toujours été ouverte à ce domaine et je n’ai jamais remis en cause sa crédibilité. Le fait que cette science (car ç’en est une !) soit utilisée dans le milieu médical m’a confortée dans l’idée qu’elle soit réellement efficace et que certaines choses puissent nous échapper. Je me suis beaucoup intéressée au sujet en regardant toutes les émissions consacrées à cette mystérieuse discipline et j’avoue que cela m’amuse beaucoup. Je pense n’avoir manqué pratiquement aucune apparition de Messmer et connaissant ma fascination sur le sujet, ma petite sœur nous a offert deux places pour son spectacle ce vendredi 12 février. Et par pure coïncidence, il se trouvait que mon village organisait un spectacle d’hypnose le lendemain, j’ai sauté sur l’occasion.

Nous étions plus de 5000 spectateurs à venir applaudir Messmer à la Halle Tony Garnier à Lyon. L’avantage de ses spectacles est que, même si les numéros sont les « mêmes », ils n’en demeurent pas moins uniques car finalement, ce sont nous, les spectateurs qui faisons le spectacle et chacun d’eux réagira de façon différente à telle ou telle suggestion.

La suggestion, c’est là-dessus que repose finalement l’essentiel de l’hypnose. Messmer nous a donc fait pratiquer quelques exercices afin de tester notre réceptivité. Lors du premier exercice, j’ai décroché volontairement. Je sentais mon corps s’exécuter, je me sentais aussi submergée par une émotion intense et angoissante, du stress. Le cœur s’emballe sans raison, et c’est donc là que j’ai décidé de couper court à l’exercice et de n’être plus que spectatrice en regardant mes voisins de sièges se dandiner sur un son qui n’existait pas. Le plus troublant était leur regard. Ils avaient tous le même, un regard inexpressif, vide. Le spectacle était absolument génial d’ailleurs, si vous avez l’occasion, foncez le voir, c’est à mourir de rire !

J’ai repris l’expérience le lendemain soir… Et cette fois-ci, je me suis prise au jeu. Je me suis rendue compte que ma perception de l’hypnose était totalement erronée. L’hypnose n’est pas un véritable état de sommeil, mais bien de conscience. On voit, on touche, on entend. Mais tous nos sens sont perturbés. Je me suis retrouvée sur scène malgré moi et embarquée dans cette sensation très étrange de totale vulnérabilité. Je me suis sentie fragile, influençable, mais en même temps, détendue et surtout…BIEN. Malgré tous les regards braqués sur moi, les fous rires, j’entendais et voyais tout mais ne percutais pas.
Si on me demande de me comparer à un personnage connu, je dirais sans hésitation, Pinocchio ! Une véritable marionnette, et en même temps, j’entendais une voix dans ma tête, celle de la conscience et de la raison qui me disait « tu ne vas quand même pas gober ce qu’il te raconte ?! D’où tu peux tomber amoureuse d’une peluche ? ». Bon ok, la peluche ne m’a fait ni chaud ni froid car malgré l’état d’hypnose, le cerveau fonctionne toujours et je pense avoir été bloquée par ma propre conscience. Mais certains d’entre nous n’ont aucune limite à leur imagination et s’imagineront volontiers poursuivis par un crabe géant !
J’avais l’impression d’être dans un état plus ou moins somnambulique et je cherche encore à comprendre comment on a pu me faire exploser de rire simplement à la vue de la couleur noire.

Ce qui est également très impressionnant, c’est le lien qui nous unit à la personne qui nous hypnotise. Dans le spectacle de Messmer, toutes les personnes sur scène ont embrassé ou pris Messmer dans leur bras avant de regagner leur place. Nous sommes un peu esclaves finalement tout en ayant conscience de nos limites. Il suffit d’avoir beaucoup d’imagination, car plus votre capacité à imaginer est importante, plus vous serez réceptifs.

Voilà pour ma petite expérience. J’aurais aimé aller plus loin dans cette expérience et parvenir jusqu’aux hallucinations, malheureusement, ma conscience me coupe avant.

Et vous, avez-vous tenté l’hypnose ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 Comments

  • Les Petits Bavardages de Magalie 15 février 2016 at 10 h 13 min

    Je n’ai jamais testé, mais j’y crois, donc très tentée, mais au fond ça me fait un peu peur aussi …

    Reply
    • Happy Swallow 15 février 2016 at 11 h 41 min

      C’est à la fois fascinant et terrifiant. Mon coeur battait la chamade, j’étais très angoissée lors du premier test. Mais au final, il suffit de lâcher prise, car tout va bien.
      Et puis, les vertues de l’hypnose sont reconnues pour combattre la douleur, les troubles du sommeil, le stress, les phobies et bien d’autres soucis. J’aimerais beaucoup tester cela dans un cadre thérapeutique mais le coût d’une séance est bien plus chère qu’une place de spectacle…

      Reply
  • freyja 15 février 2016 at 20 h 17 min

    coucou!
    je n’ai jamais testé l’hypnose mais je t’avoue que ca me fait peur, de me laisser abandonner, de me donner en quelque sorte à quelqu’un et en même temps je n’y crois pas, ca parait si fou!! j’avais vu un reportage sur Mesmer…
    peut etre un jour je me laisserais tenter!!

    bisous 🙂

    Reply
    • Happy Swallow 15 février 2016 at 20 h 40 min

      Hello ! Merci pour ton passage.
      En effet, certaines personnes ressentent une grosse angoisse, c’était mon cas lors du premier test que j’ai effectué. Je n’avais aucune envie de confier le contrôle de mon corps à quelqu’un…
      Sache aussi que l’on reste plus ou moins conscient, nous avons nos limites. Pour ma part, les hallucinations n’ont pas fonctionné, j’ai du faire un blocage à ce niveau-là ^^ Mais lorsqu’il s’agissait de s’endormir, c’était automatique lol C’est une drôle d’expérience en tout cas !
      Bisous

      Reply
  • Maïté 16 février 2016 at 20 h 46 min

    J’ai jamais essayé mais l’état que tu décris je l’ai déjà vécue en fait c’est trop bizarre. Je suis une somnambule, du moins j’ai eu une période où j’ai eu souvent des crises, ce qui peut expliquer ce que j’ai vécu une fois de bizarre et qui semble correspondre à ce que tu décris dans ton article: J’étais dans mon appart’ sur Toulouse et à un moment je me lève la nuit pour aller au toilette et je croise dans le couloir ma colloc’ qui me sort: « purée tu m’as fait peur ». Et là je sais pas pourquoi, je lui réponds mais en disant des choses vides de sens. Genre charabia complet dont je ne me souviens même pas. Pourtant j’ai cette vision d’elle en fasse de moi et où je suis totalement consciente, consciente de là où je suis, de mon corps, je vie la situation normalement mais l’acte de parler était totalement incontrôlé. Et le pire c’est qu’elle m’a demandé après « quoi répète j’ai pas compris »; et rebelotte je lui sors un enchaînement de truc sans sens. ça l’a fait rire et elle m’a demandé si je dormais pas et à partir de là j’ai réussi à dire un truc logique: « Non » x). Je pense pas que ça soit totalement de l’hypnose mais n’empêche qu’il y a un infime similarité: consciente mais avec les sens perturbés.

    Reply
    • Happy Swallow 17 février 2016 at 0 h 28 min

      Apparemment l’état d’hypnose et de somnambulisme sont un seul et même état (si j’ai bien compris). Mais nous vivons chaque jour cet état de demie-conscience : quand nous sommes plongés dans un livre, un bouquin (le temps nous semble passer si vite), quand nous sommes perdus dans nos pensées, etc. C’est plus ou moins le même état. Je crois que ça ressemble un peu à un lendemain de fête si tu vois ce que je veux dire ^^

      Reply

Laisser un commentaire