C’est bientôt fini…

bientôt la fin

J’aborde rarement mon cursus scolaire dans le blog. Et pourtant, elle occupe l’essentiel de mon temps. J’arrive peu à peu à l’âge de 25 ans et arrive bientôt au terme de ma dernière année d’études.

7 ans d’études !

Il est encore un peu tôt pour le bilan mais j’imagine qu’il verra sûrement le jour dans quelques mois. Je pense que pour toutes les personnes de mon âge ainsi que celles qui ne sont plus dans le système scolaire seront de mon avis. Je termine mon master et devrait être diplômée BAC +5 en cette belle année 2017. Par ailleurs, j’ai  également fait quelques fautes de parcours qui m’auront coûté 2 ans d’études supplémentaires : une erreur d’orientation, ça arrive. Pour tous les étudiants qui se cherchent, sachez que c’est le cas de beaucoup et ce n’est en rien un défaut.

Épanouie : oui, mais…

J’ai absolument adoré mes études. Les contenus étaient très instructifs, intéressants, et je me suis très rarement ennuyée. Malheureusement, je ne me reconnais pas toujours dans le système français qui est beaucoup trop scolaire à mon goût. Il n’y a pas une seule année où je n’ai pas eu l’envie de secouer (histoire d’être polie, hein !) l’un de mes professeurs. Je trouve parfois notre système peu pédagogue et parfois trop basé sur l’humiliation. Malheureusement, en France, nous sommes reconnus pour cela. En outre, il n’est pas forcément évident, à presque 25 ans, d’avoir encore des devoirs à faire à la maison tous les soirs, de réviser, passer des partiels… A l’âge où l’on est censé parler « boulot » avec ses amis, où certains d’entre eux se marient, on a l’impression d’être encore un bébé face à toutes ces préoccupations d’adultes.

Bientôt la fin !

Dans un mois et demi, je dirai définitivement « adieu » à ma salle de classe et aux cours théoriques et magistraux. Adieu aux exposés et autres nombreux travaux de groupes au profit d’autres travaux plus concrets. Je vais à l’école depuis l’âge de deux ans et demi et honnêtement, je ne ressens pas la moindre peine, pas la moindre nostalgie, mais juste l’envie de tourner la page, enfin. Je ne sais pas quelle sera ma situation l’année prochaine, d’ailleurs, je ne sais même pas si mon master sera validé. De nature optimiste, je pense, du moins j’espère, que ce sera le cas.

N’empêche que l’école m’a permis d’avoir d’excellents souvenirs gravés à jamais. Si je ne suis pas prête à renoncer à la part d’enfance qui me caractérise, je suis, néanmoins, prête à laisser les bancs de l’école derrière moi. Quoique peuvent en dire certaines personnes. J’ai envie de croire qu’un tas de beaux projets sont encore à venir, que je travaillerai dans le milieu qui plait et pour lequel je me suis battue durant une bonne partie de ma scolarité.

Voilà juste quelques petits mots que j’avais envie d’écrire à l’approche de la fin. Et vous, quel est votre parcours scolaire ? Comment envisagez-vous (ou avez envisagé) la fin des études ?

Crédits photos : Cliché Mignon

Rendez-vous sur Hellocoton !

14 Comments

  • Maïté 18 janvier 2017 at 9 h 12 min

    Pas toujours évident de terminer ses études, je l’ai vécu assez en période de stress pour ma part… Il faut dire que même si j’adore mes parents, revenir chez eux sans avoir de petit chez soit après 5ans c’est pas si facile tout compte fait. J’avais sous estimer tout ça, puis la pression de rester sans rien faire et tout. Une fois lancée ça va quand même nettement mieux, on fait ses repères, un nouveau quotidien.

    Tu as quelques pistes pour la suite ou pas du toutencore ?

    (En tout cas merci pour ton blog, je ne le commente pas systématiquement mais je peux te dire que je n’ai pas loupé un seul de tes articles!)

    Reply
    • Happy Swallow
      Happy Swallow 18 janvier 2017 at 17 h 45 min

      Coucou !

      Evidemment, ce n’est pas évident. J’appréhende beaucoup la suite ! J’ai peur de me retrouver sans rien aussi.
      Pour l’instant, je n’ai pas de pistes, je recherche un stage dans un premier temps.
      Moi aussi, je suis abonnée à ton blog, je ne manque rien :p

      Bises

      Reply
  • Ness 18 janvier 2017 at 13 h 36 min

    J’ai repris mes études quand j’ai eu 25 ans. Une école privée avec des intervenants et non des profs… une sacrée différences.
    Pas de devoirs à faire d’ailleurs même s’il y avait des leçons à apprendre. On avait des exemple.
    Je n’ai jamais aimé les système français car il m’a toujours donné l’impression d’être une attardée. Je n’ai pas la boss des maths et une capacité de concentration un peu faible. Des que je me suis tourné vers des études pro tout allait mieux. Les profs ne nous parlent pas comme des cons si on n’a pas compris et on s’aide entre nous.
    Les cours de langues dans mon école privée se faisait par niveau, une sacrée différence qui permet d’avancer. Au final tout le monde (enfin ceux qui faisaient des efforts) sort avec plus ou moins le même niveau.

    Bref je n’aime pas l’école en France!

    Reply
    • Happy Swallow
      Happy Swallow 18 janvier 2017 at 13 h 47 min

      Coucou !
      Je te remercie pour ton commentaire.
      Alors effectivement, il y a une belle différence entre les profs et les intervenants. L’approche n’est pas du tout la même. J’ai l’occasion d’avoir les deux actuellement et je préfère me retrouver avec des intervenants.
      Comme tu dis, le système français est loin d’être génial et régulièrement remis en question. Il a toujours été basé sur la violence et l’humiliation. Heureusement, ça a beaucoup changé depuis l’époque de nos grands-parents mais, je pense qu’il y a encore quelques efforts à fournir.
      J’ai aussi connu les cours de langues par niveau, et ça, c’est génial ! Les cours sont adaptés et cela évite les complexes 🙂

      Bises

      Reply
  • Morgane 18 janvier 2017 at 13 h 41 min

    Mon pzrcours scolaire est chaotique , 2 terminales , une première Année de fac foiree, 5 mois de préparation au concours gendarmerie et me revoilà à la fac alors la fin des études c’est pas pour tout de suite

    Reply
    • Happy Swallow
      Happy Swallow 18 janvier 2017 at 17 h 47 min

      Coucou !

      Ton parcours ressemble beaucoup au mien ! Une première année de fac catastrophique, puis une prépa de 3 mois au concours d’éducateur de jeunes enfants (un vrai fiasco)… Au final, je vois enfin le bout ! Tiens bon 🙂

      Reply
  • Aglaé 18 janvier 2017 at 13 h 44 min

    Tout d’abord je te souhaite bon courage pour la suite ! Il n’y a pas de raison que ton master ne soit pas validé. Je croise les doigts pour que tu trouves le poste qui te plaît et rapidement.

    Je me rappelle m’être dit la même chose à la fin de mes études en école de commerce : fini ! 7 ans d’études aussi, bac + 5 en enchaînant différents diplômes dans des domaines différents. Plus de cours, plus de partiels… FINI !
    Pourtant quelques années plus tard j’ ai repris mes études avec plaisir à distance (1 année en lettres et 2 ans de préparation de concours tout en travaillant). J’adore apprendre et si mes années d’études en présentiel n’ont pas toujours été faciles (dur de s’orienter notamment !) j’en garde un très bon souvenir.

    Aujourd’hui je suis professeur mais j’envie mes étudiants, j’aimerais bien retourner sur les bancs de la fac moi aussi et avoir de nouvelles choses à apprendre tout le temps. J’ai la chance d’apprendre beaucoup en étant professeur, puisque je dois me former toute le temps à de nouvelles matières, de nouveaux enseignements, mais ce n’est pas pareil de travailler seule au lieu d’être avec une promo…

    Reply
    • Happy Swallow
      Happy Swallow 20 janvier 2017 at 13 h 11 min

      Coucou !

      Je te remercie pour ton article !
      Comme toi, j’adore apprendre : par les livres, les documentaires, internet… Mais j’ai de plus en plus de mal avec le système scolaire lui-même. J’ai toujours eu la crainte de l’évaluation et du jugement (cela me rendait malade quand j’étais plus jeune).

      En tout cas, je trouve génial que tu puisses t’épanouir dans ton environnement professionnel 🙂

      Bises !

      Reply
  • Vickie 18 janvier 2017 at 18 h 06 min

    Franchement je comprends je suis en dernière année de licence avec les rattrapages de L2 et j’ai juste une envie que tout ceci s’accélère pour passer en master et plus tard décocher un boulot!
    J’en ai juste marre de travailler!!! :p

    Reply
    • Happy Swallow
      Happy Swallow 19 janvier 2017 at 18 h 38 min

      Coucou !

      Heureusement, le master passe plutôt vite 🙂 et les cours sont plus professionnalisants qu’en licence ! Courage !

      Bises

      Reply
  • Yannie 18 janvier 2017 at 23 h 33 min

    La fin des études est une délivrance et un stress pour l’après encore incertain. Mais ne doute pas, quoi qu’il arrive l’avenir réserve toujours des surprises. Perso, je suis entrée dans la vie active juste après le bac, après 5 ans de jobs j’ai repris une formation professionnelle et des titres pro. Je n avais plus de vie mais tout est validé et les cours très vivants avec des intervenants. Je suis dans les ressources humaines maintenant et comme j’ai dit il y a toujours des surprises qu’ on attend pas forcément

    Reply
    • Happy Swallow
      Happy Swallow 20 janvier 2017 at 13 h 46 min

      Coucou !

      Comme tu dis, la vie est pleine de surprises ! La plupart des personnes de mon entourage exercent aujourd’hui un métier qui n’a aucun rapport avec leur formation de base ! Comme quoi !

      Bises !

      Reply
  • Missshyneandco 3 mars 2017 at 18 h 17 min

    Réservée, j’ai toujours eu du mal avec le système français, difficulté à m’intégrer et les cours allaient trop vite.
    A la fin du collège, je ne savais pas où aller, ni quoi faire. J’ai redoublé trois fois, la 6ème car même avec une moyenne de 11, j’étais trop réservée, ma seconde car la conseillère d’orientation a disons influencé mes parents pour qu’ils m’envoient faire un BEP métiers de la mode, problème à l’épaule d’où la réorientation et redoublement vers un BEP secrétariat puis un BAC Pro, là aussi j’ai eu du mal n’étant pas douée en maths, la comptabilité c’était l’horreur. J’allais à l’école stressée, notamment quand il y avait des oraux.

    J’ai fais deux ans au CNED (BTS Assistant de Manager) non validé car pas de stage (stage trouvé non sans mal dans une association mais le CNED voulait une entreprise), j’avais d’excellentes notes et le travail en autonomie où l’on gère tout soi-même était génial, j’apprenais à mon rythme, tout était très détaillé, j’avais créée un groupe de travail sur Facebook…, puis inscription à la Mission Locale qui m’a convaincu de faire un DUT Info-Com au CNAM.
    Direction Toulouse et indépendance, malheureusement la majorité des cours n’était qu’une introduction, comme c’était des cours du soir. J’aurais aimé que les cours soient plus complets mais pour ça il fallait continuer en licence et avec Pôle Emploi c’était hors de question. Ils ont accepté de m’accorder de faire ma deuxième année car c’était la dernière. Maintenant Pôle Emploi m’envoie faire un « Parcours Emploi et Insertion ».
    Ce qui me plaît c’est les livres et tout ce qui concerne les réseaux sociaux, ma conseillère m’a envoyé à des réunions d’information pour une formation de Développeur Web tout ça parce que les réseaux sociaux me plaisent. Si je veux faire une formation/reprise d’études qui me plaisent, il faut reprendre le statut étudiant.

    La licence librairie proposée par la région n’étant pas porteur, Pôle Emploi refuse que je la fasse, les livres ce n’est pas porteur (Pourquoi la région finance-t-elle une licence pro librairie, alors ?).

    C’est retour chez les parents et recherche d’emploi dans n’importe quoi et maintenant ce POI à faire qui doit normalement m’aider à avoir un emploi ou une formation (8h00-17h00) de cours avec des jeunes qui sont ont arrêté les études, cours de français…). Honnêtemde le faire et ça ne me dit rien, mais bon je n’ai pas de raison de refuser vu que c’est rémunéré.

    Reply
    • Happy Swallow
      Happy Swallow 10 mars 2017 at 13 h 42 min

      Coucou,

      Je te remercie d’avoir pris le temps de commenter.
      Effectivement ton parcours est plutôt insolite. Je pense, en effet, que le système scolaire n’est pas adapté à tous. Malheureusement, il est difficile de s’adapter à chacun… Je comprends donc pourquoi tu t’es dirigée vers des cours par correspondance (ça a été mon cas aussi, j’avais également opté pour le CNED) mais je n’avais pas validé malgré mes bonnes notes sur l’année.
      Je regrette sincèrement que certains cas d’élèves (pourtant prometteurs) soient mis de côté sous prétexte qu’ils ne sont pas à l’aise dans le système actuel alors même qu’ils feraient d’excellents professionnels !
      Même si tout cela est derrière moi, derrière nous, j’espère profondément pour les générations à venir qu’il y aura une prise de conscience de la part de l’Etat et l’Education Nationale.

      Bon courage !

      Reply

Laisser un commentaire